dimanche 28 février 2010

Lettre ouverte à Elisabeth Badinter

Femmes et écolos : le nouveau féminin

« Ecolos, nouveaux machos » lance Madame Badinter qui croit voir dans une prétendue « sanctification de la mère et l'écologie radicale un danger pour les droits des femmes ».
Considérer que l’écologie, au nom d’un certain naturalisme, renvoie les femmes à la maison et les conduit à déserter la sphère sociale et professionnelle relève de la grossière caricature, voire d'une malhonnêteté intellectuelle reposant sur une méconnaissance manifeste des valeurs philosophiques de l'écologie et de ses acteurs dans le monde contemporain.
Le développement durable, l’agronomie et les sciences de la vie sont les domaines où les femmes ingénieures sont les mieux représentées. Les directeurs développement durable des grosses entreprises les plus reconnus aujourd'hui sont des femmes, les premiers cabinets de consulting en développement durable ont été fondés par des femmes, comme le comité 21 qui régit les agendas 21 sur le territoire et est toujours dirigé par une femme. Les personnalités politiques de l'écologie sont des femmes, de Gro Harlem Brundtland qui la première a imposé le concept de développement durable en 1987 à aujourd'hui Dominique Voynet, Cécile Duflot, Corinne Lepage, Nathalie Kosciuzco-Morizet ou même Ségolène Royal, l’une des seules personnalités politiques à parler de l’écologie au PS. Qui enfin a su le mieux faire résonner l’alerte écologique sinon la canadienne Rachel Carlson et son « Printemps silencieux » dès les années 1960 ? Bref l'écologie est l’un des seuls secteurs d'activité où les femmes sont déjà en place du bas jusqu'en haut de la pyramide, et où elles peuvent faire valoir leur vision.
Non Mme Badinter, l'écologie ne va pas à l'encontre du féminisme. L’expérience montre qu’au contraire, elle est une opportunité pour le féminisme ! Nous ne renions rien des droits chèrement acquis par nos aînées, mais les visages du féminisme ont changé. Nous ne pouvons plus nous contenter d'analyser notre engagement à l’aune de structures mentales héritées des années 1970.
Nous affrontons désormais une nouvelle donne : la destruction accélérée des ressources naturelles de la planète, la survie même de l'humanité et le principe de responsabilité à l'égard de nos familles et au-delà, de nos sociétés tout entières.
Femmes, écolos, mères, nous connaissons les risques du bisphénol A dans les biberons et savons que notre lait maternel est contaminé par des polluants chimiques. Mais nous savons, aussi, que le liquide amniotique est composé des mêmes éléments que le milieu marin et que dans notre corps circule de la « poussière d’étoile », comme le dit joliment Hubert Reeves. Alors pas question de se replier dans nos foyers pollués au formaldéhyde !
Considérer la couche lavable comme rétrograde, c'est regarder le doigt du sage qui montre la lune. Car il s'agit aussi de lutter contre une imbrication de systèmes qui, s’ils nous ont libérées du lavoir et de la nurserie, nous aliènent maintenant tant par leurs coûts environnementaux, financiers, humains que par les pollutions qu'ils entraînent.
Notre écologisme au féminin ne se résume pas à protéger nos enfants, il est un combat affirmant notre place d'êtres humaines - au-delà de tout anthropocentrisme - en lien avec la terre et toutes ses espèces vivantes, les racines, le ciel et les étoiles.
Il nous semble par ailleurs douteux de focaliser sur un clivage masculin-féminin : la femme serait garante de la fertilité, de la terre, emprisonnée dans ce rôle trop grand pour elle de gardienne de la vie ? Or, le combat écologique est truffé d'amazones, de guerrières, de chasseresses, telles l'Indienne Vandana Shiva, qui lutte contre l'introduction des OGM dans son pays ou encore la Kenyane nobélisée Wangari Maathai, qui se bat pour la préservation d'un écosystème viable. La femme écologiste ne s'affirme pas seulement comme mère potentielle mais aussi comme une combattante farouche, indépendante et entrepreneuse ...
Nous refusons autant de nous déguiser en costume-cravate dans des structures de gestion économique et politique obsolètes, contre-productives et insoutenables, que de retourner au foyer revêtir le tablier, fut-il en chanvre !
En tant que femmes écologistes, nous nous battons au quotidien pour concilier activité professionnelle, mandats électifs et responsabilités politiques pour certaines (encore trop peu nombreuses) et rôle de mère, en cohérence avec le devenir de la planète que nous savons en danger.
Tel est l'enjeu de notre modernité, tel est notre défi.
Oui, les femmes portent toujours le lourd fardeau de devoir concilier leur désir d'être actives, socialement épanouies et maternantes. Mais renvoyons la responsabilité de ce fardeau à ce qui a créé cette distorsion : un système historiquement décidé par et pour les hommes.
Comment changer la donne si les femmes restent toujours les parias des structures de décision ? Le vrai défi d'aujourd'hui n'est pas de savoir comment faire entrer les femmes dans un système inchangé et destructeur pour la cellule familiale comme pour la planète, mais de changer le système pour que les femmes y pénètrent, faisant valoir leur point de vue, leur sensibilité et de faire émerger les valeurs écologistes et post-féministes d'aujourd'hui. C'est la condition indispensable à la métamorphose de nos sociétés vers un monde égalitaire et durable.


Ce manifeste est signé de Nelly Bonnefous, Rédactrice en chef "Passage au vert" (Ushuaïa TV), Odile Chabrillac, fondatrice thedifferentmagazine.com, Isabelle Delannoy, journaliste et o-auteure de "Home", Pascale d'Erm, journaliste et présidente EcoMamans, Anne Ghesquière, fondatrice FemininBio.com, Laurence Mermet, conseillère information écoresponsable, Laure Noualhat, journaliste à Libération.

Naturopathie, psychothérapie et journalisme


Bonjour à tous,
J'ai une vie en kaléidoscope et c'est pour vous aider à vous y retrouver que j'ai choisi de créer ce blog.

En effet, je dirige l'Institut de naturopathie Humaniste tout en pratiquant à la fois la naturopathie, l'accompagnement psychanalytique et holistique, et l'écriture (et je ne suis d'ailleurs pas la seule à avoir ainsi une vie multicartes, on parle de slasheurs aujourd'hui !).

J'ai suivie une formation de naturopathe (je suis diplômée du Cenatho et de la Fenahman) et de psychanalyste (à l'EEPA) après avoir fait une licence de psychologie à Paris 08). Pour ma part, je préfèrerai dire psychothérapeute, mais selon la loi, ayant fait une école de psychanalyse, je dois parler de "psychanalyste", même s'il ne s'agit pas du tout d'un accompagnement allongé sur un divan avec un thérapeute muet, mais un suivi bien concret des personnes ici et maintenant.J'ai également été formée à la respiration holotropique (à l'IRETT), ainsi qu'à la psychanalyse transgénérationnelle (avec Bruno Clavier au Jardin d'Idées).

Je vis entre Paris et la Normandie. C'est pour cela que je reçois les personnes qui le souhaitent en consultation le plus souvent deux jours par semaine. Je consulte à Paris dans le 9ème arrondissement et il est possible de prendre rendez-vous, soit en me téléphonant au 06 60 41 21 82, soit en m'écrivant sur mon mail : o.chabrillac@gmail.com. Je fais aussi des consultations par Skype lorsqu'il n'est pas possible de faire autrement.

Le temps qu'il me reste, je jardine, je marche, je fais de la cuisine, j'alimente ce blog, j'écris des livres (C'est décidé, je pense à moi, aux Editions Plon ; Les aliments qui rendent intelligent, aux Editions Plon, Petit éloge de l'ennui, puis Arrêter de tout contrôler aux Editions Jouvence ; Gérer son énergie même quand on est à plat, Retrouver confiance en soi même quand on s'est fait plaquer, 5 étapes et la fortune me sourit !, Mon cahier Détox, ainsi que Une Détox et ça repart ! aux Editions Solar), je donne des conférences, des formations et fais du consulting sur ce qui me passionne, c'est à dire le bien-être, l'alimentation, la santé au naturel, le développement durable et tout cet autre monde en train de s'ouvrir à nous tous, si riche de promesses.



After studying psychology, Odile Chabrillac became a journalist specializing in the fields of beauty, fitness and nutrition, and a successfull naturopath. She runs the magazine for beauty and well-being, Gloss, while continuing her collaborations with many newspapers (Psychologies Magazine, Cosmopolitan). She then created www.thedifferentmagazine.com, which was during a long time the only alternative general public magazine and which is off now. She has already published many books, something like ten or eleven, like 'It's decided, I think of myself' (Plon, April 2007) and 'The food thatmakes clever' (Plon, October 2008). Her last book about the detox 'My notebook for detox' (Solar, 2015) is a great success.