samedi 6 décembre 2014

Bof hélas : Le restaurant Pousse-Pousse

C'est certain : Lawrence Aboucaya a été totalement initiatrice en son temps, proposant la première sur Paris un restaurant basé sur les principes de l'alimentation vivante (que j'adore), comme le jus d'herbe, les jus de légumes et l'alimentation crue... Sauf que ce temps d'avance a été totalement rattrapé et dépassé par d'autres et que le lieu n'a pas été capable de se renouveler. Au contraire.

J'y suis retournée il y a quelques jours. N'en ayant pas un souvenir inoubliable, je me suis dit qu'il fallait peut-être que je me refasse une opinion, d'autant que le restaurant a été transformé, agrandi et qu'il a malgré tout plutôt bonne réputation.

Hélas, toujours rien de transcendant : pour faire court, je trouve tout ça cher, fade et tout compte fait un peu vieillot. J'ai commencé par un jus de légumes, totalement dilué dans de l'eau. A presque dix euros le jus, ils pourraient faire attention, mais non... Puis, j'ai pris une assiette crue : attention, je n'ai pas dit que c'était mauvais, mais aucun goût ne ressort, aucune pointe d'originalité, grosso-modo, je fais la même chose chez moi. En plus goûteux.

Quand on a goûté la Nutrivitalité de mon ami Fred, pleine de saveurs et de joie, ou les délices de Camila, qui est selon moi une reine dans ce domaine, on a du mal à se contenter de ça. Quand j'ai demandé son avis à David, qui avait eu la gentillesse de m'inviter (et qui avait testé de son côté la soupe et l'assiette chaude), il était relativement d'accord avec moi. Je résume ce qu'il m'a dit : "correct, relativement mal présenté, moins savoureux que Sol Sémilla où nous avions déjeuné la fois précédente...".

Alors tout est à jeter ? Non, sûrement pas ! On a vraiment apprécié le pain sans gluten et les crackers maison, l'assortiment de desserts était meilleur que le reste, j'adore la boutique où l'on trouve une sélection de produits tops et le service était vraiment chouette, gentil, prévenant... Tout ceci n'étant quand même pas suffisant pour me donner la moindre envie d'y retourner. Avant quelques années...

(7 Rue Notre-Dame de Lorette, 75009 Paris ; tel :01 53 16 10 81)